Missionnaires

Clarétains

Cameroun

Lundi, 31 août (vert)

Antienne d'ouverture Ps 85, 3. 5

Prends pitié de moi, Seigneur, toi que je supplie tout le jour, toi, tu es bon, tu pardonnes, tu es plein d'amour pour tous ceux qui t'appellent.

Prière d'ouverture

Dieu puissant, de qui vient tout don parfait enracine en nos cours l'amour de ton nom. Resserre nos liens avec toi, pour développer ce qui est bon en nous, veille sur nous avec sollicitude, pour protéger ce que tu as fait grandir. Par Jésus Christ.

1ère lecture : 1 Th 4, 13-17

Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l'ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n'ont pas d'espérance. Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons, ceux qui se sont endormis, Dieu, à cause de Jésus, les emmènera avec son Fils. Car, sur la parole du Seigneur, nous vous déclarons ceci : nous les vivants, nous qui sommes encore là pour attendre le retour du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis. Au signal donné par la voix de l'archange, à l'appel de Dieu, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et les morts unis au Christ ressusciteront d'abord. Ensuite, nous les vivants, nous qui sommes encore là, nous serons emportés sur les nuées du ciel, en même temps qu'eux, à la rencontre du Seigneur. Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur.

Psaume : Ps 95, 1-2a, 4-5a, 11-12a, 12b-13ab

R/ Il vient, le Seigneur, il vient juger la terre.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

Il est grand, le Seigneur, hautement loué,
redoutable au-dessus de tous les dieux :
néant, tous les dieux des nations !

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
car il vient pour juger la terre.

Acclamation : Alléluia. Alléluia. La Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres : le Seigneur a visité son peuple. Allélluia. (cf. Lc 4, 18 ; 1, 68)

Evangile : Lc 4, 16-30

Jésus vint à Nazareth, où il avait grandi. Comme il en avait l'habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui présenta le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction. Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu'ils sont libres, et aux aveugles qu'ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur. Jésus referma le livre, le rendit au servant et s'assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre, c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit. » Tous lui rendaient témoignage ; et ils s'étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : « N'est-ce pas là le fils de Joseph ? » Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : 'Médecin, guéris-toi toi-même. Nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton pays !' » Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète n'est bien accueilli dans son pays. En toute vérité, je vous le déclare : Au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie n'a été envoyé vers aucune d'entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d'eux n'a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. » À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin.

Prière sur les offrandes

Que l'offrande eucharistique, Seigneur, nous apporte toujours la grâce du salut. Que ta puissance accomplisse elle-même ce que nous célébrons dans cette liturgie. Par Jésus.

Antienne de communion Ps 30, 20

Qu'elle est grande, Seigneur, ta bonté envers ceux qui t'adorent!

Prière après la communion

Rassasiés par le pain de la vie, nous te prions, Seigneur : Que cette nourriture fortifie l'amour en nos cours, et nous incite à te servir dans nos frères. Par Jésus.

Méditation

Jésus reçoit réticence et mépris de la part de sa parenté. Ils croient si bien le connaitre de telle enseigne que leur orgueil cache à leurs yeux la grandeur du salut qui leurs est proposé en cette infime personne qui était des leurs et dont la renommée précédait les actes ! Nous aussi, chrétiens, nous pouvons être près du Christ et s’éloigner du salut qu’il nous apporte parce que submergés par la pratique de tous les vices de ce monde. Comme le peuple juif, nous sommes choisis par Dieu, mais comme les disciples du Christ en son temps, sachons reconnaitre en Lui les paroles de la vie éternelle.

Dimanche, 30 août - 22e Dimanche du Temps Ordinaire (vert)

Antienne d'ouverture Ps 85, 3. 5

Prends pitié de moi, Seigneur, toi que je supplie tout le jour, toi, tu es bon, tu pardonnes, tu es plein d'amour pour tous ceux qui t'appellent.

Prière d'ouverture

Dieu puissant, de qui vient tout don parfait enracine en nos cours l'amour de ton nom. Resserre nos liens avec toi, pour développer ce qui est bon en nous, veille sur nous avec sollicitude, pour protéger ce que tu as fait grandir. Par Jésus Christ.

1ère lecture : Dt 4, 1-2.6-8

Moïse disait au peuple : « Maintenant, Israël, écoute les commandements et les décrets que je vous enseigne pour que vous les mettiez en pratique. Ainsi vous vivrez, et vous entrerez en possession du pays que vous donne le Seigneur, le Dieu de vos pères. Vous n'ajouterez rien à ce que je vous ordonne, et vous n'y enlèverez rien, mais vous garderez les ordres du Seigneur votre Dieu tels que je vous les prescris. Vous les garderez, vous les mettrez en pratique ; ils seront votre sagesse et votre intelligence aux yeux de tous les peuples. Quand ceux-ci entendront parler de tous ces commandements, ils s'écrieront : « Il n'y a pas un peuple sage et intelligent comme cette grande nation ! »  Quelle est en effet la grande nation dont les dieux soient aussi proches que le Seigneur notre Dieu est proche de nous chaque fois que nous l'invoquons ?  Et quelle est la grande nation dont les commandements et les décrets soient aussi justes que toute cette Loi que je vous présente aujourd'hui ?

Psaume : 14, 1a.2, 3bc-4ab, 5                                                

R/ Tu es proche, Seigneur ; fais-nous vivre avec toi.

Seigneur, qui séjournera sous ta tente ?
Celui qui se conduit parfaitement,
qui agit avec justice
et dit la vérité selon son cœur.

Il ne fait pas de tort à son frère
et n'outrage pas son prochain.
À ses yeux, le réprouvé est méprisable
mais il honore les fidèles du Seigneur.

Il prête son argent sans intérêt,
n'accepte rien qui nuise à l'innocent.
L'homme qui fait ainsi
demeure inébranlable.

2ème lecture : Jc 1, 17-18.21b-22.27

Frères bien-aimés, les dons les meilleurs, les présents merveilleux, viennent d’en haut, ils descendent tous d’auprès du Père de toutes les lumières, lui qui n’est pas, comme les astres, sujet au mouvement périodique ni aux éclipses passagères.  Il a voulu nous donner la vie par sa parole de vérité, pour faire de nous les premiers appelés de toutes ses créatures. Accueillez donc humblement la parole de Dieu semée en vous ; elle est capable de vous sauver. Mettez la Parole en application, ne vous contentez pas de l'écouter : ce serait vous faire illusion. Devant Dieu notre Père, la manière pure et irréprochable de pratiquer la religion, c'est de venir en aide aux orphelins et aux veuves dans leur malheur, et de se garder propre au milieu du monde.

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Dieu ne regarde pas l'apparence, comme font les hommes : il sonde les reins et les cœurs. Alléluia. (cf. 1 S 16, 7)

Évangile : Mc 7, 1-8.14-15.21-23

Les pharisiens et quelques scribes étaient venus de Jérusalem. Ils se réunissent autour de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c'est-à-dire non lavées. - Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, fidèles à la tradition des anciens ; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s'être aspergés d'eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d'autres pratiques : lavage de coupes, de cruches et de plats. -  Alors les pharisiens et les scribes demandent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas sans s'être lavé les mains. »  Jésus leur répond : « Isaïe a fait une bonne prophétie sur vous, hypocrites, dans ce passage de l'Écriture : Ce peuple m'honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. Il est inutile, le culte qu'ils me rendent ; les doctrines qu'ils enseignent ne sont que des préceptes humains.  Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes. »  Il appela de nouveau la foule et lui dit : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien.  Rien de ce qui est extérieur à l'homme et qui pénètre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l'homme, voilà ce qui rend l'homme impur. »  Car c'est du dedans, du cœur de l'homme, que sortent les pensées perverses : inconduite, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure.  Tout ce mal vient du dedans, et rend l'homme impur. »

Prière sur les offrandes

Que l'offrande eucharistique, Seigneur, nous apporte toujours la grâce du salut. Que ta puissance accomplisse elle-même ce que nous célébrons dans cette liturgie. Par Jésus.

Antienne de communion Ps 30, 20

Qu'elle est grande, Seigneur, ta bonté envers ceux qui t'adorent!

Prière après la communion

Rassasiés par le pain de la vie, nous te prions, Seigneur : Que cette nourriture fortifie l'amour en nos cours, et nous incite à te servir dans nos frères. Par Jésus.

MEDITATION

Jésus revient sur le sens que nous devons donner à nos valeurs traditionnelles et religieuses à travers la critique faite aux pharisiens et aux scribes. En fait, nos coutumes traditionnelles et religieuses n’ont de valeurs que si elles traduisent concrètement notre attachement à Dieu. Nos actes et pratiques quotidiennes doivent servir son commandement et sa volonté, sinon tout cela n’est qu’un camouflage de notre hypocrisie et de notre orgueil. Dieu ne se laisse pas prendre au piège de nos duperies, au contraire, Il nous appelle à faire évoluer toute loi, fut-elle traditionnelle ou religieuse, si elle devenait un obstacle à notre élévation vers Lui. C’est un cœur saint qui l’intéresse.

Vendredi, 28 août – Saint Augustin (blanc)

Antienne d'ouverture Psaume 85, 1-3

Écoute, Seigneur, réponds-moi. Sauve, ô mon Dieu, ton serviteur qui compte sur toi. Prends pitié de moi, Seigneur, toi que j'appelle tout le jour.

Prière d'ouverture

Dieu qui peux mettre au cœur de tes fidèles un unique désir, donne à ton peuple d'aimer ce que tu commandes et d'attendre ce que tu promets. Pour qu'au milieu des changements de ce monde, nos cours s'établissent fermement là où se trouvent les vraies joies. Par Jésus Christ.

1ère lecture : 1 Th 4, 1-8

Frères, vous avez appris de nous comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu ; et c'est ainsi que vous vous conduisez déjà. Faites donc de nouveaux progrès, nous vous en prions, frères, nous vous le demandons dans le Seigneur Jésus. D'ailleurs, vous savez bien quelles instructions nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus. La volonté de Dieu, c'est que vous viviez dans la sainteté, en vous gardant de la débauche, et en veillant à vous comporter chacun avec votre femme dans un esprit de sainteté et de respect, sans vous laisser entraîner par le désir comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu. Dans ce domaine, il ne faut pas agir au détriment de ses frères ni leur causer du tort, car le Seigneur punit tout cela, comme nous vous l'avons déjà dit et affirmé. En effet, si Dieu nous a appelés, ce n'est pas pour que nous restions dans l'impureté, mais pour que nous vivions dans la sainteté. Ainsi donc celui qui rejette mes instructions, ce n'est pas un homme qu'il rejette, c'est Dieu lui-même, lui qui vous donne son Esprit Saint.

Psaume : 96, 1-2, 5-6, 10ab.12

R/ Amis du Seigneur, qu'il soit votre joie !

Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !
Joie pour les îles sans nombre !
Ténèbres et nuée l'entourent,
justice et droit sont l'appui de son trône.

Les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur,
devant le Maître de toute la terre.
Les cieux ont proclamé sa justice,
et tous les peuples ont vu sa gloire.

Haïssez le mal, vous qui aimez le Seigneur,
car il garde la vie de ses fidèles.
Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ;
rendez grâce en rappelant son nom très saint.

Evangile : Mt 25, 1-13

Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole : « Le Royaume des cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe et s'en allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient insensées, et cinq étaient prévoyantes : les insensées avaient pris leur lampe sans emporter d'huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leur lampe, de l'huile en réserve. Comme l'époux tardait, elles s'assoupirent toutes et s'endormirent. Au milieu de la nuit, un cri se fit entendre : 'Voici l'époux ! Sortez à sa rencontre.' Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et préparèrent leur lampe. Les insensées demandèrent aux prévoyantes : 'Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent.' Les prévoyantes leur répondirent : 'Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous ; allez plutôt vous en procurer chez les marchands.' Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces et l'on ferma la porte. Plus tard, les autres jeunes filles arrivent à leur tour et disent : 'Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !' Il leur répondit : 'Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.' Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure. »

Prière sur les offrandes

Par l'unique sacrifice de la Croix, tu t'es donné, Père très bon, un peuple de fils. Accorde-nous, dans ton Église, la grâce de l'unité et de la paix. Par Jésus.

Antienne de communion Ps 103, 13-15

Seigneur, tu as créé de quoi rassasier le monde entier, tu fais produire à la terre le pain, et le vin qui réjouit le cœur des hommes.

Prière après la communion

Que ta miséricorde, Seigneur, agisse en nous et nous guérisse entièrement. Transforme-nous, par ta grâce, et rends-nous si généreux que nous puissions te plaire en toute chose. Par Jésus.

MEDITATION

Il nous est demandé d’être vigilants et de rester attentifs. La routine, le travail, les inconvenances quotidiennes nous endorment et nous font perdre l’attention sur les choses fondamentales : rendre visible la présence de Dieu dans le monde. L’huile de nos lampes c’est la foi. Une foi qui, parfois difficile, ne peu être achetée ni vendue. C’est un pur don de Dieu. Nous avons donc besoin de l’alimenter et de la rendre visible ; dans le cas contraire, nous restons dans l’obscurité.

Jeudi, 27 août –– Sainte Monique (blanc)

Antienne d'ouverture Psaume 85, 1-3

Écoute, Seigneur, réponds-moi. Sauve, ô mon Dieu, ton serviteur qui compte sur toi. Prends pitié de moi, Seigneur, toi que j'appelle tout le jour.

Prière d'ouverture

Dieu qui peux mettre au cœur de tes fidèles un unique désir, donne à ton peuple d'aimer ce que tu commandes et d'attendre ce que tu promets. Pour qu'au milieu des changements de ce monde, nos cours s'établissent fermement là où se trouvent les vraies joies. Par Jésus Christ.

1ère lecture : Th 3, 7-13

Frères, au milieu de toutes nos difficultés et de notre détresse, les nouvelles reçues à votre sujet nous ont réconfortés à cause de votre foi. Car maintenant nous revivons, puisque vous autres, vous tenez bon dans le Seigneur. Comment pourrions-nous assez rendre grâce à Dieu pour vous ? Nous avons en effet beaucoup de joie à cause de vous devant notre Dieu, et nous le prions avec ardeur, jour et nuit, qu'il nous fasse revoir votre visage pour compléter ce qui manque à votre foi. Que Dieu lui-même, notre Père, et que notre Seigneur Jésus nous tracent le chemin jusqu'à vous. Que le Seigneur vous donne, entre vous et à l'égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous. Et qu'ainsi il vous établisse fermement dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, pour le jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les saints.

Psaume : 89, 3-4, 12-13, 14.17abc

R/ Comble-nous de ta miséricorde pour notre joie.

Tu fais retourner l'homme à la poussière ;
tu as dit : « Retournez, fils d'Adam ! »
À tes yeux, mille ans sont comme hier,
c'est un jour qui s'en va, une heure dans la nuit.

Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la sagesse.
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.

Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu !
Consolide pour nous l'ouvrage de nos mains.

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Soyez vigilants et demeurez prets : vous ne connaissez pas l’heure où le Fils de l’homme viendra. Alléluia. (cf. Mt 24, 42.44)

Evangile : Mt 24, 42-51

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Veillez, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra. Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n'aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra. Quel est donc le serviteur fidèle et sensé à qui le maître de maison a confié la charge de son personnel pour lui donner la nourriture en temps voulu ? Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail ! Amen, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens. Mais si ce mauvais serviteur se dit : 'Mon maître s'attarde', et s'il se met à frapper ses compagnons, s'il mange et boit avec les ivrognes, son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue : il se séparera de lui et le mettra parmi les hypocrites ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

Prière sur les offrandes

Par l'unique sacrifice de la Croix, tu t'es donné, Père très bon, un peuple de fils. Accorde-nous, dans ton Église, la grâce de l'unité et de la paix. Par Jésus.

Antienne de communion Ps 103, 13-15

Seigneur, tu as créé de quoi rassasier le monde entier, tu fais produire à la terre le pain, et le vin qui réjouit le cœur des hommes.

Prière après la communion

Que ta miséricorde, Seigneur, agisse en nous et nous guérisse entièrement. Transforme-nous, par ta grâce, et rends-nous si généreux que nous puissions te plaire en toute chose. Par Jésus.

MEDITATION

Soyez fidèles et avisés vous qui servez dans la vigne de Dieu. La venue du Fils de l’homme reste imprévisible. Tout chrétien doit ainsi faire de chaque instant de sa vie une Bonne Nouvelle pour lui-même et son prochain, afin d’être congratulé par son Maitre qui le trouvera à la tâche à n’importe quel moment de sa venue. Ce dernier ventera d’ailleurs sa vigilance et sa ténacité à la besogne. La mission de Dieu est donc un travail d’endurance et de persévérance.

Samedi, 29 Martyr de Jean Baptiste (rouge)

Antienne d'ouverture Psaume 85, 1-3

Écoute, Seigneur, réponds-moi. Sauve, ô mon Dieu, ton serviteur qui compte sur toi. Prends pitié de moi, Seigneur, toi que j'appelle tout le jour.

Prière d'ouverture

Dieu qui peux mettre au cœur de tes fidèles un unique désir, donne à ton peuple d'aimer ce que tu commandes et d'attendre ce que tu promets. Pour qu'au milieu des changements de ce monde, nos cours s'établissent fermement là où se trouvent les vraies joies. Par Jésus Christ.

1ère lecture : 1 Th 4, 9-11

Frères, pour ce qui est de l'amour fraternel, vous n'avez pas besoin que je vous en parle, car vous avez appris vous-mêmes de Dieu à vous aimer les uns les autres, et c'est ainsi que vous agissez envers tous les frères de la province de Macédoine. Frères, nous vous encourageons à faire encore de nouveaux progrès : ayez à cœur de vivre calmement, de faire chacun ce que vous avez à faire et de travailler de vos mains comme nous vous l'avons ordonné.

Psaume : 97, 1, 7-8, 9

R/ Il viendra, le Seigneur, il jugera la terre.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s'est assuré la victoire.

Que résonnent la mer et sa richesse,
le monde et tous ses habitants ;
que les fleuves battent des mains,
que les montagnes chantent leur joie.

À la face du Seigneur, car il vient
pour gouverner la terre,
pour gouverner le monde avec justice
et les peuples avec droiture !

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Heureux qui se plaît dans ta loi, Seigneur : il donne du fruit en son temps. Alléluia. (Ps 1, 2-3)

Evangile : Mt 25, 14-30

Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole : « Un homme qui partait en voyage appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l'un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s'occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n'en avait reçu qu'un creusa la terre et enfouit l'argent de son maître. Longtemps après, leur maître revient et il leur demande des comptes. Celui qui avait reçu les cinq talents s'avança en apportant cinq autres talents et dit : 'Seigneur, tu m'as confié cinq talents ; voilà, j'en ai gagné cinq autres. — Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.' Celui qui avait reçu deux talents s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, tu m'as confié deux talents ; voilà, j'en ai gagné deux autres. — Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.' Celui qui avait reçu un seul talent s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n'as pas semé, tu ramasses là où tu n'as pas répandu le grain. J'ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t'appartient.' Son maître lui répliqua : 'Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n'ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l'ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l'aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l'abondance. Mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents !' »

Prière sur les offrandes

Par l'unique sacrifice de la Croix, tu t'es donné, Père très bon, un peuple de fils. Accorde-nous, dans ton Église, la grâce de l'unité et de la paix. Par Jésus.

Antienne de communion Ps 103, 13-15

Seigneur, tu as créé de quoi rassasier le monde entier, tu fais produire à la terre le pain, et le vin qui réjouit le cœur des hommes.

Prière après la communion

Que ta miséricorde, Seigneur, agisse en nous et nous guérisse entièrement. Transforme-nous, par ta grâce, et rends-nous si généreux que nous puissions te plaire en toute chose. Par Jésus.

MEDITATION

Jean Baptiste fut véridique envers Hérode, la haine d’Hérodiade a pu influencer sa décision, mais c’est Hérode qui donna l’ordre de le tuer. La grandeur de Jean fut son respect de la chose bien faite et d’une vie bien menée. Hérode le respectait aussi pour cela et il savait que Jean l’accusait avec raison. La mort du Baptiste est la conséquence pratique de la vie des béatitudes : « Heureux ceux qui son persécutés à cause de la justice ». Chaque jour, demandons a Dieu de nous accorder ce courage de Jean Baptiste.