Missionnaires

Clarétains

Cameroun

Lundi, 20 novembre –vert Saint Edmond ; saint Octave

Edmond était le roi d’un petit royaume de l’Angleterre que les Danois envahissaient souvent. Fais prisonnier lors d’une bataille, il refusa d’apostasier selon l’ordre de ses geôliers. Il périt décapité après avoir été criblé de flèches.

 

Antienne d'ouverture Jr 29, 11. 12. 14

« Mes pensées, dit le Seigneur Dieu, sont des pensées de paix et non pas de malheur. Appelez-moi, je vous écouterai et, de partout, je vous rassemblerai. »

Prière d'ouverture

Accorde-nous, Seigneur, de trouver notre joie dans notre fidélité. Car c'est un bonheur durable et profond de servir constamment le créateur de tout bien. Par Jésus Christ.

1ère lecture : 1M 1, 10-15.41-43.54-57.62-64

Dans la descendance des successeurs d'Alexandre le Grand, surgit un homme de péché, Antiochus Épiphane, fils du roi Antiochus le Grand. Il avait séjourné à Rome comme otage, et il devint roi en l'année 137 de l'empire grec. À cette époque, surgirent en Israël des hommes infidèles à la Loi, et ils séduisirent beaucoup de gens, car ils disaient : « Allons, faisons alliance avec les nations qui nous entourent. En effet, depuis que nous avons rompu avec elles, il nous est arrivé beaucoup de malheurs. » Ce langage parut judicieux, et quelques-uns, dans le peuple, s'empressèrent d'aller trouver le roi. Celui-ci leur permit d'adopter les usages des païens. Ils construisirent un gymnase à Jérusalem, selon la coutume païenne ; ils effacèrent les traces de leur circoncision, renièrent l'Alliance sainte, s'associèrent aux païens, et se vendirent pour faire le mal. Quelques années après, le roi Antiochus prescrivit à tous les habitants de son royaume de ne faire désormais qu'un seul peuple, et d'abandonner leurs coutumes particulières. Toutes les nations païennes se conformèrent à cet ordre. Parmi les Israélites, beaucoup suivirent volontiers la religion du roi, offrirent des sacrifices aux idoles, et profanèrent le sabbat. Le 15 du neuvième mois de l'année 145, Antiochus éleva sur l'autel des sacrifices le Sacrilège Dévastateur, et, dans les villes de Juda autour de Jérusalem, ses partisans élevèrent des autels païens. Ils brûlèrent de l'encens aux portes des maisons et sur les places. Tous les livres de la Loi qu'ils  découvraient, ils les jetaient au feu après les avoir lacérés. Si l'on découvrait chez quelqu'un un livre de l'Alliance, si quelqu'un continuait à suivre la Loi, le décret du roi le faisait mettre à mort. Cependant, beaucoup en Israël résistèrent et eurent le courage de ne manger aucun aliment impur. Ils acceptèrent de mourir pour ne pas être souillés par ce qu'ils mangeaient, et ne pas profaner l'Alliance sainte ; et de fait, ils moururent. C'est ainsi qu'une terrible colère s'abattit sur Israël.

 

Psaume : 118, 53.61, 134.150, 155.158

 

R/ Fais-moi vivre, Seigneur, que je garde ta loi.

 

Face aux impies, la fureur me prend, car ils abandonnent ta loi.Les pièges de l'impie m'environnent, je n'oublie pas ta loi.

Rachète-moi de l'oppression des hommes, que j'observe tes préceptes.Ceux qui poursuivent le mal s'approchent, ils s'éloignent de ta loi.

Le salut s'éloigne des impies qui ne cherchent pas tes commandements.J'ai vu les renégats : ils me répugnent, car ils ignorent ta promesse.

 

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Lumière du monde, Jésus Christ, celui qui marche à ta suite aura la lumière de la vie. Alléluia. (cf. Jn 8, 12)

Evangile : Lc 18, 35-43

Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle qui mendiait était assis au bord de la route. Entendant une foule arriver, il demanda ce qu'il y avait. On lui apprit que c'était Jésus le Nazaréen qui passait. Il s'écria : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Ceux qui marchaient en tête l'interpellaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Jésus s'arrêta et ordonna qu'on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? — Seigneur, que je voie ! » Et Jésus lui dit : « Vois. Ta foi t'a sauvé. » À l'instant même, l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa ses louanges à Dieu.

Prière sur les offrandes

Permets, Seigneur notre Dieu, que l'offrande placée sous ton regard nous obtienne la grâce de vivre pour toi et nous donne l'éternité bienheureuse. Par Jésus.

Antienne de communion Ps 72, 28

Être proche de Dieu, mettre en lui mon espoir, c'est là tout mon bonheur.

Prière après la communion

Nous venons de communier, Seigneur, au don sacré du corps et du sang de ton Fils, et nous te prions humblement : Que cette eucharistie offerte en mémoire de lui, comme il nous a dit de le faire, augmente en nous la charité. Par Jésus.

 

MEDITATION

L'aveugle de Jéricho est transformé par la rencontre de Jésus et se met à le suivre sur la route. Le verbe « suivre » est propre au Nouveau Testament qui l'utilise au sens figuré. « Suivre Jésus, c'est entrer dans le Royaume de Dieu qui est là, c'est se lier à son sort et plus spécialement à sa croix et à sa gloire ». Cette transformation instantanée due à la foi  est un signe pour nous aujourd'hui. Lorsque nous lisons la vie des saints, nous sommes marqués par le récit de leur conversion. C'est toujours une rencontre avec Jésus. Elle n'est pas souvent spectaculaire, comme pour Paul sur le chemin de Damas. Chaque chrétien reçoit au baptême, la vertu de la foi, de l'espérance et de la charité. Mais ces vertus ne sont efficaces que dans la mesure où nous en prenons conscience et les utilisons. Jésus veut que tous les hommes soient sauvés ; mais chacun doit accueillir son salut par un acte libre de foi.

Dimanche 19 novembre – 33e Dimanche du Temps Ordinaire vert Saint Tanguy

On ignore encore tout de ses origines. Toutefois, c’est à l’abbaye de Saint Matthieu dans le Finistère qu’il fut très tôt l’objet d’un culte populaire.

 

Antienne d'ouverture Jr 29, 11. 12. 14

« Mes pensées, dit le Seigneur Dieu, sont des pensées de paix et non pas de malheur. Appelez-moi, je vous écouterai et, de partout, je vous rassemblerai. »

Prière d'ouverture

Accorde-nous, Seigneur, de trouver notre joie dans notre fidélité. Car c'est un bonheur durable et profond de servir constamment le créateur de tout bien. Par Jésus Christ.

1ère lecture : Pr 31, 10-13.19-20.30-31

La femme vaillante, qui donc peut la trouver ? Elle est infiniment plus précieuse que les perles. Son mari peut avoir confiance en elle : au lieu de lui coûter, elle l'enrichira. Tous les jours de sa vie, elle lui épargne le malheur et lui donne le bonheur. Elle a fait provision de laine et de lin, et ses mains  travaillent avec entrain. Sa main saisit la quenouille, ses doigts dirigent le fuseau. Ses doigts s'ouvrent en faveur du pauvre, elle tend la main au malheureux. Décevante est la grâce, et vaine la beauté ; la femme qui craint le Seigneur est seule digne de louange. Reconnaissez les fruits de son travail : sur la place publique, on fera l'éloge de son activité.

 

Psaume : 127, 1-2, 3, 4.5c.6a

R/ Heureux le serviteur fidèle : Dieu lui confie sa maison !

 

Heureux qui craint le Seigneur et marche selon ses voies ! Tu te nourriras du travail de tes mains : Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison comme une vigne généreuse, et tes fils, autour de la table, comme des plants d'olivier.

Voilà comment sera béni l'homme qui craint le Seigneur. Que le Seigneur te bénisse tous les jours de ta vie, et tu verras les fils de tes fils.

2ème lecture : 1Th 5, 1-6

Frères,  au sujet de la venue du Seigneur, il n'est pas nécessaire qu'on vous parle de délais ou de dates. Vous savez très bien que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les gens diront : « Quelle paix ! Quelle tranquillité ! », C’est alors que, tout à coup, la catastrophe s'abattra sur eux, comme les douleurs sur la femme enceinte : ils ne pourront pas y échapper. Mais vous, frères, comme vous n'êtes pas dans les ténèbres, ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur. En effet, vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour ; nous n'appartenons pas à la nuit et aux ténèbres. Alors, ne restons pas endormis comme les autres, mais soyons vigilants et restons sobres.

 

Evangile : (brève : 14-15.19-21) (Mt 25, 14-30)

Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole : « Un homme, qui partait en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l'un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s'occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n'en avait reçu qu'un creusa la terre et enfouit l'argent de son maître. Longtemps après, leur maître revient et il leur demande des comptes. Celui qui avait reçu les cinq talents s'avança en apportant cinq autres talents et dit : 'Seigneur, tu m'as confié cinq talents ; voilà, j'en ai gagné cinq autres. — Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.' Celui qui avait reçu deux talents s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, tu m'as confié deux talents ; voilà, j'en ai gagné deux autres. — Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître.' Celui qui avait reçu un seul talent s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n'as pas semé, tu ramasses là où tu n'as pas répandu le grain. J'ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t'appartient.'  Son maître lui répliqua : 'Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n'ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l'ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l'aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l'abondance. Mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents !' »

 Prière sur les offrandes

Permets, Seigneur notre Dieu, que l'offrande placée sous ton regard nous obtienne la grâce de vivre pour toi et nous donne l'éternité bienheureuse. Par Jésus.

Antienne de communion Ps 72, 28

Être proche de Dieu, mettre en lui mon espoir, c'est là tout mon bonheur.

Prière après la communion

Nous venons de communier, Seigneur, au don sacré du corps et du sang de ton Fils, et nous te prions humblement : Que cette eucharistie offerte en mémoire de lui, comme il nous a dit de le faire, augmente en nous la charité. Par Jésus.

MEDITATION

La parabole des talents est un hommage à la liberté humaine. Ces talents symbolisent les qualités personnelles que nous avons reçues et les responsabilités qui nous ont été confiées : notre famille, nos voisins, les gens avec qui nous vivons, notre monde et son environnement. Dieu nous fait confiance et s’en remet à nous. Il nous demande d’utiliser les dons reçus pour le bien de notre petit univers. Il nous veut créatifs et nous invite à mettre de côté la paresse, l’inertie et la passivité afin de faire quelque chose de beau et de bon pour les gens autour de nous. Il nous dit: «voilà mes dons, mes talents et voilà les personnes que je vous ai confiées. Allez et portez beaucoup de fruits». Un deuxième élément important de cette parabole est la distribution des talents. Il faut résister à la tentation de nous comparer aux autres. Il ne s’agit pas des talents des autres mais des talents que Dieu m’a confiés.  Matthieu met donc en exergue la vigilance comme engagement actif des fidèles au service de leurs frères en vue du royaume. Porter du fruit est impératif. Sans perdre du temps, mettons-nous au travail.

Vendredi, 17 novembre

Ste Elisabeth de Hongrie, duchesse de Thüringen, †1231

Blanc

Mariée à quatorze au duc Louis IV de Thuringe, et mère de trois enfants, Elisabeth (1207-1231) est veuve à vingt ans. Elle subit alors d’incroyables humiliations qu’elle supporte avec douceur. Devenue tertiaire franciscaine, elle se donne avec amour au service des pauvres et meurt à vingt-quatre ans. Figure de sainte très populaire, elle fut canonisée quatre ans après sa mort.

 

Antienne d'ouverture Ps 87, 2-3

Seigneur, mon Dieu et mon salut, que ma prière parvienne jusqu'à toi, entends-moi qui t'implore.

Prière d'ouverture

Dieu qui es bon et tout-puissant, éloigne de nous tout ce qui nous arrête, afin que sans aucune entrave, ni d'esprit ni de corps, nous soyons libres pour accomplir ta volonté. Par Jésus Christ.

1ère lecture : Sg 13, 1-9

Ils sont foncièrement insensés, tous ces hommes qui en sont venus à ignorer Dieu : à partir de ce qu'ils voient de bon, ils n'ont pas été capables de connaître Celui qui est ; en examinant ses œuvres, ils n'ont pas reconnu l'Artisan. Mais c'est le feu, le vent, la brise légère, la ronde des étoiles, la violence des flots, les luminaires du ciel, gouverneurs du monde, qu'ils ont regardés comme des dieux. S'ils les ont pris pour des dieux à cause de la beauté qui les a charmés, ils doivent savoir combien le Maître de ces choses leur est supérieur, car l'Auteur même de la beauté est leur créateur. Et s'ils les ont pris pour des dieux à cause de la puissance et de l'efficacité qui les ont frappés, ils doivent comprendre à partir de ces choses combien Celui qui les a faites est plus puissant. Car la grandeur et la beauté des créatures font, par analogie, découvrir leur Auteur. Et pourtant, ces hommes ne méritent qu'un blâme léger ; car ils ne s'égarent peut-être qu'en cherchant Dieu avec le désir de le trouver : ils poursuivent leur recherche en étant plongés au milieu de ses œuvres, et ils se laissent prendre aux apparences, car ce qui s'offre à leurs yeux est si beau ! Encore une fois, pourtant, ils ne sont pas excusables. S'ils ont poussé la science à un degré tel qu'ils sont capables d'avoir une idée sur le cours éternel des choses, comment n'ont-ils pas découvert plus vite Celui qui en est le Maître ?

 

Psaume : 18, 2-3, 4-5ab

R/ Les cieux proclament ta gloire, Seigneur.

Les cieux proclament la gloire de Dieu, le

firmament raconte l'ouvrage de ses mains.

Le jour au jour en livre le récit

et la nuit à la nuit en donne connaissance.

Pas de paroles dans ce récit,

pas de voix qui s'entende ;

mais sur toute la terre en paraît le message

et la nouvelle, aux limites du monde.

 

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Redressez-vous, levez la tête, car votre rédemption approche. Alléluia. (Lc 21, 28)

Evangile : Lc 17, 26-35.37

Jésus disait à ses disciples : « Ce qui se passera dans les jours du Fils de l'homme ressemblera à ce qui est arrivé dans les jours de Noé. On mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche. Puis le déluge arriva, qui les a tous fait mourir. Ce sera aussi comme dans les jours de Loth : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ; mais le jour où Loth sortit de Sodome, Dieu fit tomber du ciel une pluie de feu et de soufre qui les a tous fait mourir ; il en sera de même le jour où le Fils de l'homme se révélera. Ce jour-là, celui qui sera sur sa terrasse, et qui aura ses affaires dans sa maison, qu'il ne descende pas pour les emporter ; et de même celui qui sera dans son champ, qu'il ne retourne pas en arrière. Rappelez-vous la femme de Loth. Qui cherchera à conserver sa vie la perdra. Et qui la perdra la sauvegardera. Je vous le dis : Cette nuit-là, deux personnes seront dans le même lit : l'une sera prise, l'autre laissée. Deux femmes seront ensemble en train de moudre du grain : l'une sera prise, l'autre laissée. » Les disciples lui demandèrent : « Où donc, Seigneur ? » Il leur répondit : « Là où il y a un corps, là aussi se rassembleront les vautours. »

Prière sur les offrandes

Sur les offrandes que nous présentons, Seigneur, jette un regard de pardon et de paix. Qu'en célébrant la passion de ton Fils, nous entrions de tout cœur dans son mystère. Lui qui.

Antienne de communion Ps 22, 1-2

Mon berger, c'est le Seigneur: je ne manque de rien, sur de frais pâturages, il me laisse reposer. Il me mène auprès des eaux tranquilles et me fait revivre.

Prière après la communion

Fortifiés par cette nourriture sainte, nous t'adressons, Seigneur, nos actions de grâce et nous implorons ta miséricorde. Que l'Esprit Saint fasse persévérer dans la droiture ceux qui ont reçu la force d'en haut. Par Jésus.

Méditation

Ce qui est imminent, c’est cette urgence de s’arracher à l’insouciance de Dieu qui caractérisait déjà les contemporains de Noé et les habitants de Sodome. Remarquons qu’ici, à la différence d’autres textes bibliques, l’accent est mis non sur leurs nombreux péchés mais sur leurs préoccupations bien quotidiennes qui étouffaient leur présence à Dieu et aveuglaient leur cœur. Tel le vautour au-dessus d’un corps, le Jour du Fils de l’homme tombera soudainement sur cette fausse tranquillité, afin d’exercer un jugement : alors que tout paraît banal et anodin, les pensées intimes de bien des cœurs seront révélées et jugées. C’est le jour de la Vérité tout entière. Mais alors il ne s’agit plus de retourner en arrière ni de miser sur ses propres forces. On sauvera sa vie en la perdant dans la confiance absolue en Celui qui n’est pas venu pour juger le monde mais pour que le monde soit sauvé.

Samedi, 18 novembre blanc

Dédicace des basiliques romaines de St-Pierre-du-Vatican et de St-Paul-hors-les-murs

Sainte Aude ou Odette, Vierge

Disciple de sainte Geneviève, elle vécut dans le sillage de la patronne de Paris et partagea sa sainteté. Elle vécut au 6e siècle.

Antienne d'ouverture Ps 87, 2-3

Seigneur, mon Dieu et mon salut, que ma prière parvienne jusqu'à toi, entends-moi qui t'implore.

Prière d'ouverture

Dieu qui es bon et tout-puissant, éloigne de nous tout ce qui nous arrête, afin que sans aucune entrave, ni d'esprit ni de corps, nous soyons libres pour accomplir ta volonté. Par Jésus Christ.

1ère lecture : Sg 18, 14-16; 19, 6-9

Un silence paisible enveloppait toute chose, et la nuit de la Pâque était au milieu de son cours rapide ; alors, du haut du ciel, venant de ton trône royal, Seigneur, ta Parole toute-puissante fondit en plein milieu de ce pays de détresse, comme un guerrier impitoyable, portant l'épée tranchante de ton décret inflexible. Elle s'arrêta, et sema partout la mort ; elle touchait au ciel en même temps qu'elle marchait sur la terre. La création entière, dans sa propre nature, était remodelée au service de tes décrets, pour que tes enfants soient gardés sains et saufs. On vit la nuée recouvrir de son ombre leur campement, on vit la terre sèche émerger là où il n'y avait eu que de l'eau ; de la mer Rouge surgit un chemin sans obstacles et, des flots impétueux, une plaine verdoyante. Et là le peuple entier, que ta main protégeait, traversa en contemplant des prodiges merveilleux. Ils étaient comme des chevaux dans un pré, ils bondissaient comme des agneaux, et ils chantaient ta louange, Seigneur, toi qui les avais délivrés.

 

Psaume : 104, 2-3, 36-37, 42-43

R/ Souviens-toi des merveilles de Dieu.

 

Chantez et jouez pour lui,

redites sans fin ses merveilles ;

glorifiez-vous de son nom très saint :

joie pour les cœurs qui cherchent Dieu !

Il frappa les fils aînés du pays,

toute la fleur de la race ;

il fit sortir les siens chargés d'argent et d'or ;

pas un n'a flanché dans leurs tribus !

Il s'est ainsi souvenu de la parole sacrée

et d'Abraham, son serviteur ;

il a fait sortir en grande fête son peuple,

ses élus, avec des cris de joie !

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Par l'annonce de la Bonne Nouvelle, Dieu vous appelle à partager la gloire de notre Seigneur Jésus Christ.Alléluia. (cf. 2 Th 2, 14)

Evangile : Lc 18, 1-8

Jésus disait une parabole pour montrer à ses disciples qu'il faut toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : 'Rends-moi justice contre mon adversaire.' Longtemps il refusa ; puis il se dit : 'Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m'ennuyer : je vais lui rendre justice pour qu'elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête.' » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge sans justice ! Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Est-ce qu'il les fait attendre ? Je vous le déclare : sans tarder, il leur fera justice. Mais le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? »

Prière sur les offrandes

Sur les offrandes que nous présentons, Seigneur, jette un regard de pardon et de paix. Qu'en célébrant la passion de ton Fils, nous entrions de tout cœur dans son mystère. Lui qui.

Antienne de communion Ps 22, 1-2

Mon berger, c'est le Seigneur: je ne manque de rien, sur de frais pâturages, il me laisse reposer. Il me mène auprès des eaux tranquilles et me fait revivre.

Prière après la communion

Fortifiés par cette nourriture sainte, nous t'adressons, Seigneur, nos actions de grâce et nous implorons ta miséricorde. Que l'Esprit Saint fasse persévérer dans la droiture ceux qui ont reçu la force d'en haut. Par Jésus.

MEDITATION

En célébrant les deux basiliques romaines érigées par l’empereur Constantin vers 330, nous sommes invités à rendre Grâce à Dieu pour les Saints Apôtres du Seigneur, Pierre et Paul, « nos pères dans la foi » qui ont achevé leur route terrestre sur la colline vaticane, en donnant leur vie pour le Maître Bien-Aimé. Nous ne vénérons pas tant les édifices – aussi beaux et majestueux soient-ils – que les « pierres vivantes » que sont les Apôtres sur lesquels notre Seigneur Jésus-Christ a voulu édifier son Eglise éternelle. Par la vie, la parole, le témoignage et le sang versé de ces Apôtres et Amis, notre Seigneur et Maître a voulu que la Puissance de son Evangile passe par des hommes et se déploie dans la faiblesse de ceux-là qu’il a envoyé « comme des brebis au milieu des loups » (Mt 10,16). La Fête de ce jour nous ramène aussi, en esprit, à toutes les églises qui nous ont reçus et accompagné notre itinéraire de Foi jusqu’à ce jour ; car, elles ont été et continuent d’être pour nous le moyen par lequel nous nous abreuvons à la Source du Salut.

Jeudi, 16 novembre Ste Marguerite, reine d'Ecosse, †1093, et Ste Gertrude, moniale, †1302 à Helfta Vert/blanc

Sainte Marguerite d’Ecosse

Parente du roi d’Angleterre Edouard le Confesseur, Marguerite (vers 1046-1093) épousa le roi d’Ecosse, Malcom III. Cette mère de famille donna à ses huit enfants une solide formation. Chrétienne ardente, elle travailla à la suppression des rites païens qui contaminaient la vie religieuse de son pays. Son amour pour les pauvres est resté légendaire. L’Ecosse a choisi comme patronne cette sainte  dont le nom veut dire, en grec, ‘’perle’’.

Antienne d'ouverture Ps 87, 2-3

Seigneur, mon Dieu et mon salut, que ma prière parvienne jusqu'à toi, entends-moi qui t'implore.

Prière d'ouverture

Dieu qui es bon et tout-puissant, éloigne de nous tout ce qui nous arrête, afin que sans aucune entrave, ni d'esprit ni de corps, nous soyons libres pour accomplir ta volonté. Par Jésus Christ.

1ère lecture : Sg 7, 22-30; 8, 1

Il y a dans la Sagesse un esprit intelligent et saint, unique et multiple, subtil et rapide ; pénétrant, net, clair et intact ; ami du bien, vif, irrésistible, bienfaisant, ami des hommes ; ferme, sûr et paisible, tout-puissant et observant tout, traversant tous les esprits, même les plus intelligents, les plus purs, les plus subtils. La Sagesse, en effet, peut se mouvoir d'un mouvement qui surpasse tous les autres, elle pénètre et traverse toute chose à cause de sa pureté. Car elle est la respiration de la puissance de Dieu, le rayonnement limpide de la gloire du Maître souverain ; aussi rien de souillé ne peut l'atteindre. Elle est le reflet de la lumière éternelle, le miroir sans tache de l'activité de Dieu, l'image de sa bonté. Comme elle est unique, elle peut tout ; et sans sortir d'elle-même, elle renouvelle l'univers. De génération en génération, elle se transmet à des âmes saintes, pour en faire des prophètes et des amis de Dieu. Car Dieu n'aime que celui qui vit avec la Sagesse. Elle est plus belle que le soleil, elle surpasse toutes les constellations ; si on la compare à la lumière du jour, on la trouve bien supérieure, car le jour s'efface devant la nuit, mais contre la Sagesse le mal ne peut rien. Elle déploie sa vigueur d'un bout du monde à l'autre, elle gouverne l'univers avec douceur.

 

Psaume : 118, 89-90, 91.130, 135.175

R/ Ta parole, Seigneur, demeure éternellement.

Pour toujours, ta parole, Seigneur,

se dresse dans les cieux.

Ta fidélité demeure d'âge en âge,

la terre que tu fixas tient bon.

Jusqu'à ce jour, le monde tient par tes décisions :

toute chose est ta servante.

Déchiffrer ta parole illumine

et les simples comprennent.

Pour ton serviteur que ton visage s'illumine :

apprends-moi tes commandements.

Que je vive et que mon âme te loue !

   Tes décisions me soient en aide !

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Voici maintenant le règne de Dieu et la puissance de son Christ. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Alléluia. (Ap 12, 10)

Evangile : Lc 17, 20-25

Comme les pharisiens demandaient à Jésus quand viendrait le règne de Dieu, il leur répondit : « Le règne de Dieu ne vient pas d'une manière visible. On ne dira pas : 'Le voilà, il est ici !' ou bien : 'Il est là!' En effet, voilà que le règne de Dieu est au milieu de vous. » Et il dit aux disciples : « Des jours viendront où vous désirerez voir un seul des jours du Fils de l'homme, et vous ne le verrez pas. On vous dira : 'Le voilà, il est ici ! il est là !' N'y allez pas, n'y courez pas. En effet, comme l'éclair qui jaillit illumine l'horizon d'un bout à l'autre, ainsi le Fils de l'homme, quand son Jour sera là. Mais auparavant, il faut qu'il souffre beaucoup et qu'il soit rejeté par cette génération. »

Prière sur les offrandes

Sur les offrandes que nous présentons, Seigneur, jette un regard de pardon et de paix. Qu'en célébrant la passion de ton Fils, nous entrions de tout cœur dans son mystère. Lui qui.

Antienne de communion Ps 22, 1-2

Mon berger, c'est le Seigneur: je ne manque de rien, sur de frais pâturages, il me laisse reposer. Il me mène auprès des eaux tranquilles et me fait revivre.

Prière après la communion

Fortifiés par cette nourriture sainte, nous t'adressons, Seigneur, nos actions de grâce et nous implorons ta miséricorde. Que l'Esprit Saint fasse persévérer dans la droiture ceux qui ont reçu la force d'en haut. Par Jésus.

MEDITATION

Le royaume de Dieu c’est une personne : Jésus-Christ. Accueillir Jésus-Christ c’est accueillir le royaume de Dieu. Désormais ce sera son nom et son règne : Dieu-avec-nous ; le Royaume proche de nous et parmi nous et même au-dedans de nous. Car le Seigneur a fait alliance avec l’homme au point de ne plus vouloir séparer son Royaume du sort de l’humanité. Sa venue ne saurait donc être un événement neutre, observable à distance, analysable avec du recul. Elle engage tout l’homme : sa liberté accueillante et sa foi aimante. S’il est dit ailleurs que «le Jour du Seigneur arrive comme un voleur en pleine nuit», c’est qu’il y a urgence de vigilance : il s’agit de se tenir prêt. Non pas qu’il faille courir fébrilement après les manifestations les plus brillantes du merveilleux. Mais il faut entretenir ce désir brûlant de voir son jour. Savons-nous rester attentifs au visage humble et pauvre de notre Dieu, caché parmi ceux qui, aujourd’hui encore et au milieu de nous, «souffrent beaucoup et se sentent rejetés par cette génération» ?