Missionnaires

Clarétains

Cameroun

Lundi 4 décembre 2017violet/blanc

Sainte Barbe ou Barbara, Vierge et Martyre

La légende dit que le bourreau de cette jeune fille a été frappé par la foudre ; d’où l’origine de son invocation contre les dangers d’une mort subite provoquée par le feu ou l’électricité. 

 

Antienne  d'ouverture

Ecoutez, tous les peuples, la parole du Seigneur, annoncez là aux terres lointaines: Voici notre Sauveur qui vient, ne craignez plus.

Prière  d'ouverture

Accorde nous, Seigneur, d'attendre sans faiblir la venue de ton Fils, pour qu'au jour où il viendra frapper à notre porte, il nous trouve vigilants dans la prière, heureux de chanter sa louange. Lui qui règne.

1ère lecture : Is 2, 1-5

Le prophète Isaïe a reçu cette révélation au sujet de Juda et de Jérusalem : Il arrivera dans l'avenir que la montagne du temple du Seigneur sera placée à la tête des montagnes et dominera les collines. Toutes les nations afflueront vers elle, des peuples nombreux se mettront en marche, et ils diront :« Venez, montons à la montagne du Seigneur, au temple du Dieu de Jacob. Il nous enseignera ses chemins et nous suivrons ses sentiers. Car c'est de Sion que vient la Loi, de Jérusalem la parole du Seigneur. » Il sera le juge des nations, l'arbitre de la multitude des peuples. De leurs épées ils forgeront des socs de charrue, et de leurs lances, des faucilles. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on ne s'entraînera plus pour la guerre. Venez, famille de Jacob, marchons à la lumière du Seigneur.

 

Psaume : 121, 1-2, 3-4ab, 4cd-5, 6-7, 8-9

R/ Nous irons, dans la joie, vers la maison de Dieu.

Quelle joie quand on m'a dit :

« Nous irons à la maison du Seigneur ! »

Maintenant notre marche prend fin

devant tes portes, Jérusalem ! 

Jérusalem, te voici dans tes murs :

ville où tout ensemble ne fait qu'un !

 C'est là que montent les tribus,
les tribus du Seigneur. 

Là Israël doit rendre grâce au nom du Seigneur ;

c'est là le siège du droit,

 le siège de la maison de David. 

Appelez le bonheur sur Jérusalem :

 « Paix à ceux qui t'aiment !

Que la paix règne dans tes murs,

le bonheur dans tes palais ! » 

À cause de mes frères et de mes proches,

 je dirai : « Paix sur toi ! » 

À cause de la maison du Seigneur notre Dieu,

je désire ton bien.

 

Acclamation :Alléluia. Alléluia. Viens, Seigneur, notre Dieu, délivre-nous. Montre-nous ton visage et nous serons sauvés. Alléluia.(cf. Ps 79, 4)

Evangile : Mt 8, 5-11

Jésus était entré à Capharnaüm ; un centurion de l'armée romaine vint à lui et le supplia : « Seigneur, mon serviteur est au lit, chez moi, paralysé, et il souffre terriblement. » Jésus lui dit : « Je vais aller le guérir. » Le centurion reprit : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. Ainsi, moi qui suis soumis à une autorité, j'ai des soldats sous mes ordres ; je dis à l'un : 'Va', et il va, à un autre : 'Viens', et il vient, et à mon esclave : 'Fais ceci', et il le fait. »À ces mots, Jésus fut dans l'admiration et dit à ceux qui le suivaient : « Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n'ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis : Beaucoup viendront de l'orient et de l'occident et prendront place avec Abraham, lsaac et Jacob au festin du Royaume des cieux. »

 

Prière  sur  les  offrandes :

Seigneur, nous ne pourrons jamais t'offrir que les biens venus de toi : accepte ceux que nous t'apportons ; et puisque c'est toi qui nous donnes maintenant de célébrer l'eucharistie, fais qu'elle soit pour nous le gage du salut éternel. Par Jésus.

 

Antienne  de  communion

Viens, Seigneur, nous visiter dans la paix ; en ta présence nous goûterons la joie.

 

Prière  après  la  communion :

Fais fructifier en nous, Seigneur, l'eucharistie qui nous a rassemblés : c'est par elle que tu formes dès maintenant, à travers la vie de ce monde, l'amour dont nous t'aimerons éternellement. Par Jésus.

Méditation :

La Maison du Seigneur mentionnée dans la première lecture, se fait acte aujourd’hui dans l’Eglise dont la mission fondamentale émane de celle du Christ : l’annonce du Royaume des cieux. Seule la foi véritable est la voie qui ouvre les portes du Royaume, le Centurion romain nous le prouve encore dans l’évangile. « Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi ». Cette foi que Jésus requiert dès le début de sa mission est un mouvement de confiance et d’abandon par lequel l’homme renonce à compter sur lui-même en se remettant au Seigneur.

Dimanche, 03 Décembre – 1e Dimanche de l'Aventviolet

Saint François Xavier, prêtre

Prêtre en 1537, François (1506-1552), premier missionnaire jésuite, partit pour Goa en 1541. En une douzaine d’années, il parcourut près de cent mille kilomètres pour évangéliser l’Inde, Ceylan, les Moluques et le Japon. Il meurt au seuil  de la Chine, dont l’accès lui est refusé. Il est le patron des missions.

 

Antienne d'ouverture

Vers toi, Seigneur, j'élève mon âme. Mon Dieu, je compte sur toi; je n'aurai pas à en rougir. De ceux qui t'attendent, aucun n'est déçu.

Prière d'ouverture

Donne à tes fidèles, Dieu tout-puissant, d'aller avec courage sur les chemins de la justice à la rencontre du Seigneur, Pour qu'ils soient appelés, lors du jugement, à entrer en possession du royaume des cieux. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

1ère lecture : Is 63, 16b-17.19b; 64, 2b-7

Tu es, Seigneur, notre Père, notre Rédempteur : tel est ton nom depuis toujours. Pourquoi Seigneur, nous laisses-tu errer hors de ton chemin, pourquoi rends-tu nos cœurs insensibles à ta crainte ? Reviens, pour l'amour de tes serviteurs et des tribus qui t'appartiennent. Ah ! Si tu déchirais les cieux, si tu descendais, les montagnes fondraient devant toi. Voici que tu es descendu, et les montagnes ont fondu devant ta face. Jamais on ne l'a entendu ni appris, personne n'a vu un autre dieu que toi agir ainsi envers l'homme qui espère en lui. Tu viens à la rencontre de celui qui pratique la justice avec joie et qui se souvient de toi en suivant ton chemin. Tu étais irrité par notre obstination dans le péché, et pourtant nous serons sauvés. Nous étions tous semblables à des hommes souillés, et toutes nos belles actions étaient comme des vêtements salis. Nous étions tous desséchés comme des feuilles, et nos crimes, comme le vent, nous emportaient. Personne n'invoquait ton nom, nul ne se réveillait pour recourir à toi. Car tu nous avais caché ton visage, tu nous avais laissés au pouvoir de nos péchés. Pourtant, Seigneur, tu es notre Père. Nous sommes l'argile, et tu es le potier : nous sommes tous l'ouvrage de tes mains.

Psaume : 79, 2.3bc, 15-16a, 18-19

R/ Dieu, fais nous revenir ; que ton visage s'éclaire, et nous serons sauvés !

Berger d'Israël, écoute, toi qui conduis Joseph, ton troupeau : resplendis! Réveille ta vaillance et viens nous sauver.

Dieu de l'univers revient ! Du haut des cieux, regarde et vois :visite cette vigne, protège-la, celle qu'a plantée ta main puissante

Que ta main soutienne ton protégé, le fils de l'homme qui te doit sa force. Jamais plus nous n'irons loin de toi : fais-nous vivre et invoquer ton nom !

2ème lecture : 1Co 1, 3-9

Frères, que la grâce et la paix soient avec vous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus Christ le Seigneur. Je ne cesse de rendre grâce à Dieu à votre sujet, pour la grâce qu'il vous a donnée dans le Christ Jésus ; en lui vous avez reçu toutes les richesses, toutes celles de la Parole et toutes celles de la connaissance de Dieu. Car le témoignage rendu au Christ s'est implanté solidement parmi vous. Ainsi, aucun don spirituel ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ. C'est lui qui vous fera tenir solidement jusqu'au bout, et vous serez sans reproche au jour de notre Seigneur Jésus Christ. Car Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à vivre en communion avec son Fils, Jésus Christ notre Seigneur.

Alléluia. Alléluia. Montre-nous, Seigneur, ta miséricorde: fais-nous voir le jour de ton salut. Alléluia.

Evangile : Mc 13, 33-37

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Prenez garde, veillez : car vous ne savez pas quand viendra le moment. Il en est comme d'un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et recommandé au portier de veiller. Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison reviendra, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin. Il peut arriver à l'improviste et vous trouver endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! »

Prière sur les offrandes

Seigneur, nous ne pourrons jamais t'offrir que les biens venus de toi: accepte ceux que nous t'apportons; Et puisque c'est toi qui nous donnes maintenant de célébrer l'eucharistie, fais qu'elle soit pour nous le gage du salut éternel. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen

Antienne de communion Ps 84, 13

Le Seigneur donnera son bienfait et notre terre donnera son fruit.

Prière après la communion

Fais fructifier en nous, Seigneur, l'eucharistie qui nous a rassemblés: C'est par elle que tu formes dès maintenant, à travers la vie de ce monde, l'amour dont nous t'aimerons éternellement. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

MEDITATION

Le Seigneur serait-il sourd au cri de celui ou celle qui appelle ? Le Seigneur dans sa grande miséricorde ne saurait fermer les oreilles à tous ceux et celles qui se tournent vers lui. Ainsi, dans une attitude d’attente, le Christ nous invite à prendre garde et àrester éveillés afin que le retour du maître ne nous surprenne pas. L’espérance, au cœur de cette attente certaine, rend possible cette rencontre entre les hommes et Dieu. Elle manifeste l’amour dans sa double dimension ; l’amour de Dieu et celui des hommes. Dans ce sens, veiller pendant ce temps de l’Avent qui commence, c’est alimenter notre foi, réveiller notre charité et raviver notre espérance.

Samedi, 02 Décembre Vert

Sainte Viviane ou Bibiane.

Elle fut condamnée à être enfermée dans une maison de prostitution où elle resta inébranlable dans sa foi et sa virginité. Pour avoir ainsi résisté, on la fit attacher à une colonne pour être battue à mort. C’était en 363.

Antienne d’ouverture : Le Seigneur annonce la paix pour son peuple et ses fidèles, et pour ceux qui reviennent vers lui.

Prière d’ouverture : Réveille, Seigneur, le courage de tes fidèles : Qu’ils soient plus ardents à profiter de tes grâces, pour obtenir de toi de plus puissants secours. Par Jésus.

1ère lecture : Dn 7, 15-27

Moi, Daniel, j'avais l'esprit angoissé, car les visions que j'avais me bouleversaient. Je m'approchai de l'un de ceux qui entouraient le Trône, et je l'interrogeai sur tout cela. Il me répondit et me révéla l'interprétation : 'Ces bêtes énormes, au nombre de quatre, ce sont quatre rois qui surgiront de la terre. Mais ce sont les saints du Très-Haut qui recevront la royauté et la posséderont pour toute l'éternité.' Puis je l'interrogeai sur la quatrième bête, qui était différente de toutes les autres, cette bête terriblement puissante, avec ses dents de fer et ses griffes de bronze, qui dévorait, déchiquetait et piétinait tout ce qui restait. Je l'interrogeai sur les dix cornes de sa tête, et sur cette corne qui lui avait poussé en faisant tomber les trois autres devant elle — cette corne qui avait des yeux, et une bouche qui tenait des propos délirants —, cette corne qui était plus imposante que les autres. Je l'avais vue faire la guerre aux saints et l'emporter sur eux, jusqu'à la venue du Vieillard qui avait prononcé le jugement en faveur des saints du Très-Haut, et le temps était arrivé où les saints avaient pris possession de la royauté. À ces questions, il me fut répondu : 'La quatrième bête, c'est un quatrième royaume sur la terre, qui sera différent de tous les royaumes. Il dévorera toute la terre, la piétinera et l'écrasera. Les dix cornes, ce sont dix rois qui surgiront de ce royaume-là. Un autre roi surgira ensuite ; il sera différent des précédents, et il renversera trois rois. Il prononcera des paroles hostiles au Très-Haut, il persécutera les saints du Très-Haut, et il entreprendra de changer les temps sacrés et la Loi. Les saints seront livrés à son pouvoir pendant un temps, deux temps, et la moitié d'un temps. Puis le tribunal siégera, et la domination sera enlevée à ce royaume, qui sera détruit et totalement anéanti. La royauté, la domination et la puissance de tous les royaumes de la terre sont données au peuple des saints du Très-Haut. Sa royauté est une royauté éternelle, et tous les empires le serviront et lui obéiront. »

cantique : (Dn 3, 82, 83, 85, 86, 87)

R/ À lui, haute gloire, louange éternelle !

Vous, les enfants des hommes, bénissez le Seigneur.

Toi, Israël, bénis le Seigneur.

Et vous, les prêtres, bénissez le Seigneur.

Vous, ses serviteurs, bénissez le Seigneur !

Les esprits et les âmes des justes, bénissez le Seigneur.

Les saints et les humbles de cœur, bénissez le Seigneur.

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Heureux celui qui veille dans la prière : il sera jugé digne de paraître debout devant le Fils de l'homme. Alléluia. (cf. Lc 21, 36)

Evangile : Lc 21, 34-36

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s'alourdisse dans la débauche, l'ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l'improviste. Comme un filet, il s'abattra sur tous les hommes de la terre. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l'homme. »

Méditation

« Restez éveillés et priez en tout temps ». En effet, être chrétiens, c’est être toujours en marche. Rester vigilant, ne pas se laisser distraire à la suite du Christ, voilà qui est juste pour le croyant. En cela, la prière est ce qui nous soutient dans notre suite du Christ, cette marchevers la béatitude. Elle est le moyen par excellence que nous propose le Christ pour que notre cœur ne s’alourdisse pas. A côté de la prière, dans cette attente du retour glorieux du Fils de l’homme, l’Eglise notre mère nous invite à vivre quotidiennement les sacrements reçus.

 

Prière sur les offrandes : Tu nous asdemandé, Seigneur, de te consacrer ces présents : accepte-les ; et pour qu’ils nous disposent à te plaire, fais-nous garder tes commandements. Par Jésus.

 

Antienne de la communion : Louez le Seigneur, tous les peuples. Fort est son amour pour nous, pour toujours sa vérité.

Prière après la communion : Nous t’en supplions, Dieu tout-puissant : ne permets pas que soient jamais séparés de toi ceux que tu fais communier à la joie du ciel. Par Jésus.

Introduction au Temps de l’Avent

 « Debout ! Le Seigneur vient ! Une voix prophétique a surgi du désert. Un désir, une attente ont mûri nos esprits. Préparons-nous ! Le Seigneur vient ! » (Prière du Temps Présent, Hymne).

Aujourd’hui comme hier et toujours, le Seigneur manifeste inlassablement sa présence et son action dans le monde à travers des signes habituellement très discrets. Il réitère infatigablement ses promesses et ses exhortations pour que nous ne perdions pas de vue sa Manifestation glorieuse à la fin des temps, terme de toutes choses, et pour que notre espérance de ce Jour reste vive et active. Car c’est en se tenant constamment debout et par la fidélité à nos tâches quotidiennes que nous nous préparons à accueillir le salut qui vient sans cesse.

C’est pourquoi, pour saisir le véritable sens et l’importance décisive de la naissance du Fils de Dieu dans notre chair, il faut la considérer dans la continuité dynamique des manifestations successives du Seigneur. Il est venu, autrefois, sous de multiples manières, et comblant au-delà de toute imagination l’attente millénaire des siècles, il s’est fait homme ; il vient aujourd’hui ; il reviendra, un jour, dans la gloire. Le Temps de l’Avent célèbre donc ce triple Avènement.

La liturgie de l’Eglise s’exprime de manière très forte en quatre Temps liturgiques que sont l’Avent, Noël, Carême et Pâques, s’étendant en un cycle de trois Années (A, B et C). Chaque Année liturgique s’ouvre par l’Avent et Noël. Le temps de l’Avent, partant de son étymologie latine  adventus, est compris dans le sens biblique et eschatologique de la parousie et nous plonge, durant les quatre semaines qui précèdent la fête de la Nativité, dans la réalité de l’Evénement Jésus Christ, de sa venue dans notre monde à Noël. L’Avent annonce l’Avènement de Jésus, le Messie. Il est un temps favorable où Dieu fait son irruption dans la vie de l’Homme, se manifeste, se communique, se donne comme Cadeau par excellence à toute l’humanité. Ce fait provoque incontestablement une adhésion pieuse et une réponse authentique  de la part de l’Homme qui se traduisent par une auto-donation de sa vie. Cette auto-donation nécessite un accueil personnel et ecclésial de la Révélation de Dieu, accueil vécu comme une naissance préparée et entretenue. C’est dans cette perspective que réside la valeur profonde de la vie liturgique de l’Eglise qui se révèle dans un mouvement simultané d’attente, d’accueil et d’écoute entre Dieu et le fidèle.

Dans le Temps de l’Avent, nous avons spécialement trois grandes figures inéluctables : Marie, Jésus et Jean Baptiste qui est cette voix qui crie dans le désert  invitant à la préparation du chemin du Seigneur au moyen de la conversion et du pardon des péchés (cf. Mc 1, 2-4). Nous ne devons pas non plus négliger la figure de Joseph, époux de Marie, Mère de Jésus. Marie est celle qui a dit « Oui » à la volonté de Dieu ; celle qui nous aide à bien méditer les événements de la vie de Jésus (cf. Lc 2, 51). Jésus est l’Envoyé de Dieu qui apporte le salut à toute l’humanité. Il est le « Dieu-Parmi-Nous et Avec-Nous ». L’Emmanuel.

Ainsi, « en célébrant chaque année la liturgie de l’Avent, l’Eglise actualise cette attente du Messie : en communiant à la longue préparation de la première venue du Sauveur, les fidèles renouvellent l’ardent désir de son second Avènement. » (CEC 525). Il nous faut ainsi demeurer dans la prière, l’écoute de la Parole du Seigneur, la pénitence et le partage à l’endroit des indigents, afin qu’éclate pour chacun la grande joie de Noël. 

Vendredi, 01 Décembre vert / Rouge Bienheureuse Anuarite

Convertie par Saint Hilaire, son père spirituel, elle se retire vers 360 dans les environs de vienne pour y mener une vie de sainteté dans la prière.

Antienne d’ouverture : Le Seigneur annonce la paix pour son peuple et ses fidèles, et pour ceux qui reviennent vers lui.

Prière d’ouverture : Réveille, Seigneur, le courage de tes fidèles : Qu’ils soient plus ardents à profiter de tes grâces, pour obtenir de toi de plus puissants secours. Par Jésus.

1ère lecture : Dn 7, 2-14

Daniel prit la parole pour décrire sa vision : « Au cours de la nuit, je regardais. Les quatre vents du ciel soulevaient la grande mer. Quatre bêtes énormes sortirent de la mer, chacune différente des autres. La première ressemblait à un lion, et elle avait des ailes d'aigle. Tandis que je la regardais, ses ailes lui furent arrachées, elle fut soulevée de terre et dressée sur ses pieds, comme un homme, et un cœur d'homme lui fut donné. La deuxième bête ressemblait à un ours ; elle était à moitié debout, et elle avait trois côtes d'animal dans la gueule, entre les dents. On lui dit : 'Lève-toi, dévore beaucoup de viande !' Je continuais à regarder : je vis une autre bête, qui ressemblait à un léopard ; et elle avait quatre ailes d'oiseaux sur le dos ; elle avait aussi quatre têtes. La domination lui fut donnée. Puis, au cours de la nuit, je regardais encore ; je vis une quatrième bête, terrible, effrayante, extraordinairement puissante ; elle avait des dents de fer énormes ; elle dévorait, déchiquetait et piétinait tout ce qui restait. Elle était différente des trois autres bêtes, et elle avait dix cornes. Comme je considérais ces cornes, il en poussa une autre, plus petite, au milieu ; trois des premières cornes furent arrachées devant celle-ci. Et cette corne avait des yeux comme des yeux d'homme, et une bouche qui tenait des propos délirants. Je continuai à regarder : des trônes furent disposés, et un Vieillard prit place ; son habit était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ; son trône était fait de flammes de feu, avec des roues de feu ardent. Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui. Des millions d'êtres le servaient, des centaines de millions se tenaient devant lui. Le tribunal prit place et l'on ouvrit des livres. Je regardais, j'entendais les propos délirants que vomissait la corne. Je regardais, et la bête fut tuée, son cadavre fut jeté au feu. Quant aux autres bêtes, la domination leur fut retirée, mais une prolongation de vie leur fut donnée, pour un temps et une période déterminés. Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d'homme ; il parvint jusqu'au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et toutes les langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite. »

 

Cantique : (Dn 3, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81)

 

R/ À lui, haute gloire, louange éternelle !

Vous, montagnes et collines, bénissez le Seigneur.

R/ À lui, haute gloire, louange éternelle !

Et vous, les plantes de la terre, bénissez le Seigneur.

R/ À lui, haute gloire, louange éternelle !

Et vous, sources et fontaines, bénissez le Seigneur !

R/ À lui, haute gloire, louange éternelle !

Et vous, océans et rivières, bénissez le Seigneur.

R/ À lui, haute gloire, louange éternelle !

Baleines et bêtes de la mer, bénissez le Seigneur.

R/ À lui, haute gloire, louange éternelle !

Vous tous, les oiseaux dans le ciel, bénissez le Seigneur.

R/ À lui, haute gloire, louange éternelle !

Vous tous, fauves et troupeaux, bénissez le Seigneur.

R/ À lui, haute gloire, louange éternelle !

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Redressez-vous, levez la tête, car votre rédemption approche. Alléluia. (Lc 21, 28)

Evangile : Lc 21, 29-33

Jésus parlait à ses disciples de sa venue. Il leur dit cette parabole : « Voyez le figuier et tous les autres arbres. Dès qu'ils bourgeonnent, vous n'avez qu'à les regarder pour savoir que l'été est déjà proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas sans que tout arrive.
Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. »

Prière sur les offrandes : Tu nous as demandé, Seigneur, de te consacrer ces présents : accepte-les ; et pour qu’ils nous disposent à te plaire, fais-nous garder tes commandements. Par Jésus.

Antienne de la communion : Louez le Seigneur, tous les peuples. Fort est son amour pour nous, pour toujours sa vérité.

Prière après la communion : Nous t’en supplions, Dieu tout-puissant : ne permets pas que soient jamais séparés de toi ceux que tu fais communier à la joie du ciel. Par Jésus.

MEDITATION

La vision à la fois temporelle et extraordinaire de Daniel nous introduit dans une attente de la Fin, une espérance du monde à venir. A l’instar de ce mystérieux Fils de l’homme de la vision : « Jésus parlait à ses disciples de sa venue ». Cette venue est en d’autres termes l’accomplissement du Royaume de Dieu. Pour y avoir part, le Christ nous propose la fidélité à Sa Parole. Car : « Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas ».